Les bars au moment des plats à emporter, "Café uniquement avec de la nourriture, quelqu'un n'y croit pas"

Les bars au moment des plats à emporter, "Café uniquement avec de la nourriture, quelqu'un n'y croit pas"


Roberto Andreoli, propriétaire du bar Mercurio

Macerata, 8 mai 2020 – "Un café, merci". Une demande devenue impossible en ces temps marqués par les plats à emporter, à moins qu'elle ne soit associée à une brioche ou à tout le moins à un biscuit:
l'ordonnance régionale du président Ceriscioli exige que le barman place quelque chose à manger à côté de la tasse .

La conseillère commerciale régionale Manuela Bora regarde vers l'avenir, confiante d'anticiper les heures de réouverture de ces activités. "Voyons – dit-il – s'il est possible d'améliorer la réglementation qui s'aligne sur celle des autres régions, même si en ce moment nous nous engageons à assurer une ouverture anticipée des bars, restaurants et marchés le 18 mai. ce sera une réunion avec les associations professionnelles pour approuver le protocole de ces activités. Je crois que cela peut être fait, je suis très confiant mais aussi réaliste. "

Pendant ce temps, les amateurs de café sont obligés de commander quelque chose à manger. "La règle n'a pas créé d'inconvénients – commente-t-il
Marco Guzzini de Digusto – parce que le bonheur de s'approprier à nouveau une belle habitude qui appartient à la vie quotidienne de nous tous comme le café, le cappuccino et la brioche était plus grand ". café à emporter, car il est impossible selon la norme. "Il est difficile d'expliquer cette règle – commente-t-il
Paolo Perini de Hab – ce qui oblige en outre le client à dépenser plus. Il y avait aussi ceux qui ont protesté, à tel point que nous avons été forcés de montrer l'ordonnance. "

Sur la même longueur d'onde
Roberto Andreoli du bar Mercurio . "En général – dit-il – c'est une situation irréelle: il n'y a plus de monde après le verrouillage, peu de magasins sont ouverts et il y a moins de monde dans les bureaux que d'habitude car tant de salariés travaillent à domicile". Pourtant, il existe de nombreux amateurs d'espresso. "Il manquait tellement au bar – confirme-t-il
Laura Splendiani de Ca'baret – et maintenant nous pouvons satisfaire cette demande même si ce n'est qu'avec des plats à emporter et avec quelque chose à manger. Nous avons reçu des demandes des bureaux et il y avait aussi ceux qui pensaient au cappuccino et aux pâtes comme une idée cadeau. "

Mais il faut plus pour rattraper le temps perdu. "Les activités sont en difficulté – admet Andreoli – et nous espérons que l'administration municipale nous rencontrera des initiatives ciblées". La même demande est faite par Perini: "En ce moment, nous avons besoin de propositions pour reprendre la marche, par exemple pour permettre plus d'espace en dehors du restaurant".