La beauté des 36 heures à Naples: comme au temps du Grand Tour

Capsules compatibles Nespresso Capsules de café en suspension. // carttinparkmil.ga

Monde, NaplesCapital |
13 juillet 2019

Naples également célèbre pour Gomorra et Elena Ferrante? Les journaux napolitains ont surtout intitulé l'article consacré à Partenope dans le New York Time. Quelle que soit sa traduction, il ne s'agit que d'un petit passage du texte: le contenu est très différent et très positif …

36 heures à Naples, Italie

Une ville d'une beauté glorieuse mais torturée, connue pour sa vivacité et, oui, un frisson de menace, Naples est maintenant pleine de visiteurs. Dans cette capitale méditerranéenne, gardée par le Vésuve qui bat encore, le nombre de touristes a plus que doublé depuis 2010, la criminalité a diminué (en particulier, selon le ministère de l'Intérieur, le taux d'homicides a diminué de 44% en 2018 par rapport à l’année précédente) et les tas d’ordures sont beaucoup moins nombreux. Les romans napolitains d’Elena Ferrante (et leur adaptation continue HBO), ainsi que les livres, films et séries télévisées bien «Gomorrah» – ont suscité la curiosité d’une destination longtemps considérée comme un tremplin pour Capri, Ischia et Amalfi. . Et si le musée archéologique, avec son extraordinaire collection d’antiquités, reste un peu négligé, la plupart des arts, de la culture et de la vie sociale de la ville sont dans une meilleure situation et le charme de Naples – les excès baroques, la cuisine gourmande, la état d'évasion hypnotique de tout cela – rappelle les jours de gloire du Grand Tour de la ville.

Vendredi
1) 15.00. Maison de rêve
Naples est une ville de déguisements, d’oeuvres et de parades somptueuses. Vous connaissez la Villa Pignatelli, une maison de musée construite comme résidence privée en 1826, qui remonte à la fin de l'apogée de Naples pendant le royaume des Bourbons, alors que cette ville était l'une des plus importantes capitales européennes. Ce n’est pas vraiment le palais royal de Caserte (plus de 1000 pièces du palais construit sur le modèle de Versailles à 18 km de Naples), mais ce joyau néoclassique est une somptueuse introduction aux saveurs fleuries de l’âge d’or de la ville, avec ses lustres dorés, sa salle de bains décorée de fresques de style pompéien, ses boiseries sophistiquées et son spectaculaire jardin anglais, le tout avec l’air des époques illustres précédentes. Entrée: 5 euros.

2) 17:00 Boutique chic
Le quartier de Chiaia propose une série de marques de luxe italiennes, mais aussi certains magasins caractéristiques de la région, tels que Livio De Simone, un imprimeur textile depuis les années 1950. Dans l'atelier voisin de la maison, vous trouverez une ligne de vêtements, de sacs et de tissus dont les motifs géométriques et lumineux se retrouvent dans la céramique des magasins de Vietri. Dans cette ville réputée pour les vêtements vestimentaires pour hommes, les costumes et les chemises peuvent prendre du temps, mais les cravates artisanales de Naples offrent une gratification plus rapide, comme chez Ulturale, où les cravates faites à la main et sur mesure sont disponibles dans un arc-en-ciel de versions classiques. avec des porte-bonheur cousus à l'intérieur. Pour une aventure encore plus colorée, arrêtez-vous chez Dr. Vintage, où le propriétaire, Rosario Recano, donne aux visiteurs des conseils sur sa ville tout en affichant sa collection de designers de seconde main. Et pour les amateurs de bijoux, Leonardo Gaito, via Toledo, est une boutique familiale établie depuis 1864, où de nouvelles œuvres d’artisans locaux joignent des créations anciennes.

3) 19.00 Apéritif du haut
Via Toledo, la rue Spaccanapoli (quelque chose de pas tout à fait exact): prenez le funiculaire pour rejoindre le quartier luxueux de Vomero, une longue enclave endormie qui abrite une poignée de destinations spirituelles. Commencez par Riot Laundry Bar, un concept-store dirigé par une équipe de jeunes et un pôle d'attraction pour la scène musicale qui s'est réveillée à Naples. En plus des vêtements de ville et des jeans écologiques, un bar énergique au rez-de-chaussée (bière, 5 euros) et Futuribile, un magasin de disques au sous-sol avec Italo disco, boogie et albums 80 enregistrés à Naples. Ouvert à 20 heures, les Archives historiques améliorent l'art de boire à Naples avec des cocktails (environ 10 euros) basés sur d'anciennes recettes napolitaines et américaines classiques, servis dans un réseau souterrain de salons intimes dans des grottes.

4) 21h00 Dîner en famille
Juste derrière la promenade au bord de l'eau, la Casa di Ninetta offre ce que le propriétaire, Carmelo Sastri, appelle "le domicile de ma mère et de ma grand-mère" dans cette opération qui dure depuis une décennie et qui est menée par sa sœur, la célèbre chanteuse et actrice italienne Lina Sastri. . Sous un plafond décoré de la fin du XIXe siècle, avec une musique classique à l'arrière-plan, le restaurant propose de magnifiques interprétations de la tradition napolitaine, telles que les bouchées de morue (10 euros) et l'épais ragoût de pâtes génoises (11 euros). Nettoyez votre palais avec un basilic amer de la ville voisine de Capri (6 euros) et promenez-vous au bord de la mer pour apprécier l’ancien bloc de Castel dell 'Ovo illuminé au fil de l’eau.

samedi
5) 9h Bonheur pour le petit déjeuner
La façon la plus saine mais la plus heureuse de commencer une journée à Naples consiste à utiliser une sfogliatella, une poche de ricotta fraîche aux fruits confits et à la pâte brisée (lisse) ou bouclée, le tout friable avec du saindoux. (Note pour les végétariens et les végétaliens à Naples: attendez-vous au saindoux là où vous vous y attendez le moins.) Scaturchio, qui produit les mêmes recettes impeccables sur cette Piazza San Domenico Maggiore depuis 1905, sert une bouffée bouclée extraordinaire (1,70 euros) avec une croûte gossamer et une crème délicate de flocons d'orange.

6) 10h00 Ville contemporaine
Naples était un pôle d'attraction pour le nouvel art dans les années 1970; après une longue pause, la scène artistique de la ville est à nouveau en émoi, comme en témoigne l'ouverture, l'année dernière, d'un espace d'exposition de la galerie londonienne Thomas Dane dans la villa Ruffo du XIXe siècle. Toujours dans le quartier de Chiaia, la galerie Lia Rumma présente depuis 1971 les œuvres d'Anselm Kiefer, de Mario Merz, de Marina Abramovic, d'Alfredo Jaar et d'autres artistes novateurs. Un autre galeriste pionnier des années soixante-dix, Giuseppe Morra, a ouvert la Casa Morra en 2016 pour exposer sa vaste collection personnelle dans un bâtiment en ruine du XVIIIe siècle.

7) 13h00 Déjeuner spécial
La Trattoria San Ferdinando, établissement à la gestion familiale, offre un répit des rues trépidantes de Naples. Dans cette salle, aux murs jaune beurre ornés de pots de cuivre et de partitions antiques, le menu change tous les jours "selon la nature", comme les propriétaires aiment à le dire. L’excellente offre de poisson peut inclure des plats (environ 12 euros chacun), tels que le carpaccio de bar de mer mariné aux oranges et au citron, ou le nid d’origine des fleurs de citrouille, des moules et un pesto au basilic léger. Les desserts sont tout aussi enchanteurs, comme le gâteau velouté à la ricotta et à la marmelade d'orange.

8) 14h30 Paradis morts
Les sites religieux de Naples sont des merveilles de l'art. À quelques pas du Duomo, le complexe conventuel de Donnaregina, souvent négligé, comprend les nefs étroites de deux églises: une église gothique du XIVe siècle aux fresques complexes et une église baroque en marbre multicolore, ainsi que le musée diocésain, qui abrite des œuvres d'art. . art ecclésiastique, principalement de l'école napolitaine, qui comprend les peintres du XVIIe siècle, Luca Giordano et Andrea Vaccaro. À quelques pas de là, le cloître de Santa Chiara, datant du XIVe siècle, entoure un jardin d'agrumes orné de colonnes et de bancs en majolique. Peints à la main par les céramistes Donato et Giuseppe Massa au milieu des années 1700, les carreaux, décorés de fleurs, de légumes et de scènes narratives, étaient la joie exclusive des religieuses qui y ont vécu isolément pendant près de 200 ans, jusqu'à ce que les moines prennent leur place et a ouvert le parc au public en 1925.

9) 17h30 Culture du café
La lutte pour le meilleur café à Naples est tenace – on dit souvent que la ville sert le meilleur espresso d’Italie – où la méthode locale produit un sirop épais de café espresso, souvent avec une forte dose de sucre déjà mélangée, sinon autrement spécifié, et servi avec de l'eau gazeuse pour nettoyer la bouche à l'avance. Pour un espresso dans le café le plus exquis de la ville, installez-vous autour du Gambrinus avec une chaise en velours de canne rouge (4 euros pour un espresso de table; 1,20 par banc).

10) 19:00 vie dans la rue
Naples est une ville informelle, dominée par la nourriture de rue et les bars bon marché. Pour un goût authentique de tout cela, rendez-vous à Via Tribunali, la rue principale pour les pizzas, les taralli napolitains au poivre et tous frits. Pour la friteuse Di Matteo, le cuoppo, ou cône de papier, contenant des aliments frits tels que des beignets de pommes de terre, de la polenta et de l'aubergine est un mets napolitain incontournable. En bas de la rue, prenez un verre avant le dîner à Perditempo, un bar local adoré et débraillé et un café littéraire sans prétention qui organise parfois des lectures de livres, mais le plus souvent, il fait exploser la musique reggae sur la foule rassemblée le long de la route.

11) 21h00 Dîner dans le centre-ville
Dans une salle à manger conviviale ornée des fresques originales de Naples de 1941 et des portraits de personnalités italiennes célèbres du passé, Mimì alla Ferrovia sert des plats qui ont changé au fil du temps, avec un personnel également immuable et habillé de façon formelle. Une dynastie de quatre générations de propriétaires familiaux et de trois personnes en cuisine a placé la continuité au centre de ce restaurant dans le quartier central (et sommaire) de la gare. Le chef Salvatore Giugliano (petit-fils du premier chef du restaurant), qui sert principalement du poisson méditerranéen pêché localement, a mis au point des recettes traditionnelles, excellant avec des raviolis de bar au beurre, bouillon, crevettes et calamars (12 euros) et un lait de buffle spécial ricotta de la région, assaisonnée de sa confiture de tomates vésuvienne faite maison (2 euros).
dimanche

12) 10.00 Le métro de Naples
Pour vraiment apprécier Naples, anciens et nouveaux, dirigez-vous vers son ventre souterrain. Depuis 1995, les stations de métro se sont enrichies de plus de 200 œuvres d'art publiques. l'année prochaine verra une nouvelle station de la cathédrale de l'architecte Massimiliano Fuksas qui rend hommage au temple romain découvert parmi les fouilles. Et à 30 mètres au-dessous, les merveilles du monde antique sont révélées, alors que la visite de l'organisation Napoli Sotterranea (10 euros) vous emmène dans un labyrinthe de grottes qui s'étend sur 300 km, creusées dans le tuf volcanique des Grecs dans le IVe siècle av. J.-C. La visite guidée dure 90 minutes et conduit les visiteurs dans un théâtre gréco-romain où Néron a déjà joué et dans les cavités archaïques où se sont réfugiés les Napolitains lors des bombardements aériens de la Seconde Guerre mondiale.

13) midi. Art élevé
Un nouveau service de navette entre la Piazza Trieste et Trento et le musée Capodimonte (aller-retour à 16 €, avec entrée au musée) rend ce trésor sous-estimé plus accessible. Le gigantesque château, commencé en 1738, a été construit comme pavillon de chasse pour le roi Charles III de Bourbon. Perché sur une colline surplombant la ville jusqu'à Capri et Ischia, Capodimonte est entouré de 300 hectares de bois et de parcs qui servaient à l'origine de réserve de chasse royale. À l'intérieur, la collection d'art extraordinaire comprend des chefs-d'œuvre de Tiziano, El Greco, Caravaggio et Raffaello.

14) 14h00 Pizza party
Personne ne vient à Naples pour être maigre et la pizza, inventée ici au XIXe siècle, est probablement encore meilleure qu’ailleurs. À Concettina ai Tre Santi, le chef Ciro Oliva pourrait être le plus talentueux fabricant de pizzas de la ville, la quatrième génération d’une famille dynastie qui dirige ce restaurant populaire dans la classe ouvrière. district de santé. Pour les plus affamés, le chef propose un délicieux menu de dégustation de pizzas de 12 plats (45 euros à l'avance), ainsi que des gâteaux simples (8 euros) à base d'ingrédients locaux et une carte des vins raffinée comprenant un Pertois décadent. Champagne Moriset. Parmi les points forts du menu, le Parthénope, une pizza frite garnie de ricotta de buffle, d’amberjack fumé, d’algues, de zeste d’orange et de poivre moulu. Il n’ya pas de réservation, mais cela vaut la peine d’attendre.

traduction par Marco Cappiello

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire