Un député du BJP de Darjeeling demande des droits fonciers pour les travailleurs du thé


Dans un spectacle plutôt rare mais admirable, un député indien a été vu en train de parler au nom des habitants de sa circonscription, à la fois depuis son podium parlementaire et dans les médias, à travers un article qu’il a écrit. Député du BJP de Darjeeling Raju Bista, dans un article du 29 novembre pour Premier poste, a écrit sur le manque de terre des travailleurs des plantations de thé et de quinquina, des villageois de la forêt et d’autres.

Dans l’article, Bista condamne l’apathie du gouvernement du Bengale pour ne pas avoir accordé de droits fonciers aux travailleurs des jardins de thé dans les régions de Darjeeling Hills, Terai et Dooars au nord du Bengale. Cela crée de l’espoir pour les masses ; leur chef élu soulève une question régionale sur une plate-forme nationale.

Cependant, son articulation commence à sembler fourbe à la lumière de ce que son parti a fait pour les travailleurs des jardins de thé d’Assam et de Tripura, deux États dirigés par le BJP.

La simple victoire électorale ne suffit pas à justifier la crédibilité politique d’un parti. Ceci est déterminé par la façon dont il traite les communautés marginalisées dont il a recueilli les votes pour gagner. Sur cette note, j’essaie d’explorer si les intérêts de ces électeurs sont pris en compte dans les États où le parti de Bista a formé le gouvernement.

Les pièges des promesses en Assam et Tripura

« Même aujourd’hui, la majorité des habitants des collines de Darjeeling, du Terai et des Dooars n’ont pas la possibilité Affichage patta droits c’est-à-dire leurs terres ancestrales enregistrées à leur nom (sic) », déplore le député BJP de Darjeeling. Pendant tout ce temps en Assam, son parti reste muet sur la même question.

Député BJP de Darjeeling Raju Bista. Photo : Facebook / Raju Bista

En 2016, le BJP en Assam avait non seulement promis d’accorder des droits fonciers aux travailleurs du thé sans terre, mais s’était également engagé à augmenter leur salaire journalier à Rs 351,33. Cinq ans se sont écoulés, mais il n’y a pas de discussions sur le même sujet. Ce que ces travailleurs touchaient réellement en termes de salaires était proche de Rs 217 et Rs 183 respectivement dans les vallées du Brahmapoutre et de Barak. Le précédent gouvernement de l’Assam, sous Sarbananda Sonowal, avait accordé des droits fonciers à 471 petits producteurs de thé, mais aucun travailleur des grandes plantations de thé n’a bénéficié de cette décision.

À Tripura également, le gouvernement du BJP avait promis un salaire minimum à tous les travailleurs des jardins de thé lors de son arrivée au pouvoir en 2018. Le précédent gouvernement de l’Alliance du front de gauche avait également publié une notification fixant les taux de salaire à Rs 176, mais cela n’a pas pu être mis en œuvre en raison de les élections. Les propriétaires de plantations de thé avaient même déplacé la Haute Cour contre la décision sur le salaire minimum, mais en janvier 2020, le tribunal a rejeté le plaidoyer et soutenu que le salaire minimum devait être payé.

La hausse de salaire de 17% devait être payée à terme échu jusqu’en mars 2022, cependant, les travailleurs reçoivent toujours des salaires inférieurs à 130 roupies.

Les « promesses de thé » faites par le parti ne s’arrêtent pas là. Les Adivasis représentent 17% de la population totale de l’Assam et sont principalement employés dans les jardins de thé. Alors qu’il faisait campagne pour les élections, le BJP avait promis d’accorder aux Adivasis, ainsi qu’à cinq autres communautés, le statut de Scheduled Tribe (ST). Les Adivasis sont considérés comme des ST dans plusieurs autres régions du pays, y compris le Bengale du Nord. Cependant, ces promesses restent non tenues et les rêves de ces six communautés d’être considérées comme des ST restent suspendus.

Dans son article, Bista a également critiqué la décision du gouvernement du Bengale d’autoriser « Les entreprises de thé utiliseront 15% des terres du jardin à des » fins d’utilisation alternative «  », s’inquiétant de l’idée du tourisme du thé. « Aujourd’hui, des hôtels cinq étoiles sont construits dans les jardins de thé, mais les travailleurs continuent d’être privés de leurs droits fondamentaux », a-t-il écrit. Cette déclaration, encore une fois, va à l’encontre des actions du BJP dans d’autres États puisque le «document de vision» du parti pour l’Assam (2016-2025) parle de l’intention du parti de promouvoir le tourisme des plantations de thé dans l’État de la même manière qu’il est fait au Bengale.

Le tourisme du thé en Assam ne servirait-il pas à ne pas priver les travailleurs des jardins de thé de leurs droits fondamentaux de la même manière que Bista prétend qu’il se passe au Bengale du Nord ? Dans le cas de l’Assam (et du Tripura aussi), qu’est-ce qui viendra en premier – le tourisme immobilier ou le droit des travailleurs à la terre ?

Les organisations politiques régionales de Tripura – le Front des peuples autochtones de Tripura (IPFT) et l’Alliance régionale progressiste autochtone de Tipraha (TIPRA) – qui étaient auparavant des alliés politiques du BJP, ont maintenant ravivé leur demande séparatiste pour Tipraland. Une demande similaire pour Gorkhaland a dominé les collines de Darjeeling pendant des décennies, cependant, ce rêve ne semble plus être à l’ordre du jour du Premier ministre.

Un partisan du « Grand Tipraland » accrochant une carte de l’état proposé à son cou. Photo : Sangeeta Barooah Pisharoty/The Wire

Les villages forestiers et l’attitude du gouvernement de l’Union

Dans son article, Bista prend fermement position sur la question de l’absence de terre des villageois forestiers dans les districts des collines du Bengale. Il réprimande le gouvernement du Bengale pour n’avoir pris aucune mesure pour mettre en œuvre la loi de 2006 sur les droits forestiers (qui exige que tous les villages forestiers soient convertis en villages à revenus) dans les districts de Kalimpong et de Darjeeling, malgré la publication d’une notification au journal officiel pour le faire dans tout l’État. en 2013. Le gouvernement du Bengale a depuis longtemps négligé de nombreuses régions du nord du Bengale ; le même orgueil politique qui lui a coûté d’importants sièges d’assemblée dans la région.

Ici, la critique de Bista du gouvernement de l’État pour son attitude envers les habitants des collines est, en effet, louable. Cependant, nulle part dans son article, il ne mentionne les tentatives du gouvernement de l’Union de restreindre les droits des habitants de la forêt en proposant de modifier l’Indian Forest Act, 1927 (IFA) en 2019, puis à nouveau en 2021.

Le projet de proposition du gouvernement BJP de 2019 visant à modifier l’IFA a été vivement critiqué. Les experts pensaient que les recommandations, si elles étaient mises en œuvre, « annuleraient les gains réalisés par la loi de 2006 sur les droits forestiers. À la lumière des critiques généralisées, le projet de proposition a été retiré. Dans son article, Bista omet de noter comment le gouvernement de son parti avait ainsi menacé la loi sur les droits forestiers ; une législation qu’il appelle une «loi historique» dans le même article.

Le gouvernement de l’Union a également cherché à modifier la Forest (Conservation) Act, 1980, encore une fois, contrairement aux intérêts des communautés forestières locales. La proposition vise à supprimer l’article 2 (2) de la loi qui oblige les gouvernements des États et autres autorités à obtenir l’approbation préalable du gouvernement de l’Union afin d’utiliser les terres forestières à des fins non forestières. Si cette section est supprimée, cela éliminerait les obstacles juridiques pour que les particuliers et les entreprises fassent ce qu’ils veulent avec la terre. De plus, les villageois forestiers pourraient être considérés comme des délinquants pour avoir mené des activités liées à la forêt.

L’amendement, s’il est réalisé, pourrait contribuer à d’énormes facteurs de risque du point de vue des villageois de la forêt et de l’environnement. Cependant, Bista n’aborde la loi que de manière fragmentée ; uniquement pour servir ses propres intérêts politiques.

La justice attend toujours

Bista conclut son article en disant (à juste titre) que même si le pays célèbre avec opulence 75 ans d’indépendance, les habitants des collines de Darjeeling, du Terai et des Dooars n’ont pas grand-chose à célébrer. Quel que soit le gouvernement au pouvoir au niveau de l’Union ou de l’État, pratiquement aucune justice n’a été rendue aux habitants de cette région. Lorsque ces personnes ont voté pour Modi, elles pensaient voter pour une justice qui leur a été refusée pendant des décennies. Ironiquement, partout où Modi a montré sa présence politique, la justice semble décliner.

Le manifeste électoral du BJP en 2021 pour le Bengale avait promis aux travailleurs des jardins de thé leurs pattas parja, un salaire de 350 roupies et le statut de ST aux onze sous-tribus indiennes Gorkha de l’État. Ces promesses ont permis au parti de recevoir une part de vote écrasante à Kurseong et Darjeeling. Pourtant, gagner des voix ne détermine pas si justice a été rendue ou non ; si tel était le cas, les aspirations à la justice des habitants de Darjeeling auraient été satisfaites à plusieurs reprises, votant comme ils l’ont fait pour le BJP lors de trois élections consécutives à Lok Sabha depuis 2014.

Alors que le TMC, le parti au pouvoir au Bengale, a été sans aucun doute apathique envers les habitants du Bengale du Nord, le gouvernement de l’Union dirigé par le BJP n’a pas été différent.

Néanmoins, les populations de la région espèrent que leurs aspirations socio-économiques, politiques, culturelles et environnementales ne restent pas reléguées aux seuls débats parlementaires et articles de journaux ; ils espèrent une réalisation concrète de ces aspirations.

Espérons que nos dirigeants parviennent à réaliser des objectifs politiques au-delà du tourisme, de la politique des tigres en papier et des séances de photos dans le foyer de certains ministres de l’Union, qui ont irrémédiablement blessé l’ambiance politique de Darjeeling, Terai et Dooars.

Babika Khawas est une chercheuse de l’Université du Bengale du Nord à Darjeeling, qui étudie actuellement le travail des plantations de thé et de quinquina dans la région.

  • KUSMI TEA Darjeeling N°37 bio - Thé noir d’Inde. - Kusmi Tea
    Découvrez notre thé noir Darjeeling N°37, un grand cru tout droit venu d’Inde avec des notes florales légèrement épicées alliées à une discrète amertume et une robe élégamment ambrée. Les théiers de Darjeeling s’épanouissent sur les pentes de l’Himalaya, dans une poignée de jardins seulement, et leur récolte requiert un savoir-faire expert, ce qui en accentue la rareté.Thé bio disponible en vrac parce que c’est bon pour la planète.</div> <br></div>
  • KUSMI TEA Darjeeling N°37 bio - Thé noir d’Inde. - Thé en vrac - Kusmi Tea
    Découvrez notre thé noir Darjeeling N°37, un grand cru tout droit venu d’Inde avec des notes florales légèrement épicées alliées à une discrète amertume et une robe élégamment ambrée. Les théiers de Darjeeling s’épanouissent sur les pentes de l’Himalaya, dans une poignée de jardins seulement, et leur récolte requiert un savoir-faire expert, ce qui en accentue la rareté.Thé bio disponible en vrac parce que c’est bon pour la planète.</div> <br></div>