Fabrizio Moro attaque Brumotti: "Mais quelle agression, ici on m'apporte du café et du gâteau". Accablé par les insultes: "Pensez à chanter"

Fabrizio Moro attaque Brumotti: "Mais quelle agression, ici on m'apporte du café et du gâteau". Accablé par les insultes: "Pensez à chanter"


Encore une fois il y a dans l'œil de la tempête Vittorio Brumotti, le correspondant de Déshabiller les nouvelles qui est souvent battu et agressé par des trafiquants de drogue dont le trafic louche est dénoncé, le tout évidemment dans le cadre de l'actualité satirique de Canale 5. Le dernier épisode a eu lieu à Quarticciolo, une banlieue de Rome, où le correspondant a subi une agression violente par un groupe de pousseurs. Fabrizio Moro, qui a grandi dans une autre banlieue romaine et tristement célèbre pour son trafic de drogue comme San Basilio, a commenté: "Personne ne nous a jamais attaqués, personne ne nous a jamais menacés, personne ne s'est jamais permis de nous demander de «l'argent de la protection» pour nous faire tourner un film dans le quartier. Personne n'a jamais eu de réactions de colère ou de violence contre nous ».

La référence de l'auteur-compositeur-interprète romain est justement à un projet de film auquel il a participé, comme l'explique lui-même: «Entre janvier et mars nous avons tourné un film juste en Quarticciolo, nous avons envahi les ruelles, les rues, les magasins et les lieux publics pendant plus d'un mois avec nos caméras. Nous réveillions souvent les gens à cinq heures du matin, garions nos véhicules et nos voitures, empêchant les résidents de trouver un parking et nous sommes allés dans les coins des magasins. Quelqu'un s'est plaint, comme il se doit, ou quelqu'un nous a ironiquement dit «Ao mais quand avez-vous des années?».

Et puis encore: «Peut-être que je suis né là-bas dans le canton et que je peux comprendre tant d'attitudes, de regards, de mots, de réactions devant ceux qui n'y ont jamais mis les pieds, il me vient naturellement de respecter tout le monde. Je ne connais pas l'histoire de qui j'observe et donc je ne peux pas juger. Je connais mon histoire et je vous dis que, alors que Brumotti était gonflé, chaque après-midi, les garçons des maisons publiques nous apportaient du café et des gâteaux faits maison. Alors aujourd'hui, je remercie tous les gars de Hameau de Quarticciolo, pour la gentillesse, la collaboration, la patience qu'ils nous ont transmises pendant notre séjour dans cet espace, avec les caméras toujours allumées. Si au final on va pouvoir offrir à tout le monde un bon film, c'est aussi grâce à leur soutien. Dans les villages, en plus de l'inconfort, il y a aussi beaucoup de beauté mais pour le voir il faut savoir marcher".

Les réactions à ces propos ont été décidément mitigées. Tel que rapporté par Page de fan, s'exprime le même comité de quartier en commentant: «Le thème n'est pas ce que vous dites, mais le respect que vous apportez à ceux qui vivent ici. Les townships ne sont pas un endroit comme les autres, vivre là-bas est une stigmatisation. Vous ne pouvez pas prétendre que rien ne s'est passé et pointer des caméras sur n'importe qui ». Quelqu'un pense comme Fabrizio Moro: «Des services comme ceux de Vittorio Brumotti à la fin, ils ne résolvent pas les problèmes ». Beaucoup d'autres, cependant, l'ont critiqué: «Vous êtes allé tourner un film et vous n'avez pas dénoncé les trafiquants de drogue, maintenant vous en profitez également pour en faire la publicité. Vous défendez les trafiquants de drogue et les violents, vous devriez avoir honte "ou"Vous n'êtes bon que pour chanter, concentrez-vous sur cela au lieu d'écrire des articles de merde".

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire