Café, les experts du secteur demandent le juste prix au bar – Business

Café, les experts du secteur demandent le juste prix au bar - Business


(ANSA) – ROME – « Je crois qu’il n’y a pas d’autre produit sur le marché qui ne change pas le prix à mesure que la qualité change. Peut-être que tout le monde ne sait pas qu’avec une tasse d’espresso vendue autour de 0,80 €, vous n’obtenez pas un marge bénéficiaire suffisante pour payer les frais de fonctionnement de la cafétéria, à commencer par ceux du contrat de travail du barista professionnel qui touche près de 50% du prix.A ceux-ci s’ajoutent les frais de fonctionnement de l’entreprise, le loyer, des charges, de l’achat de équipements, que lorsqu’ils sont prêtés à l’usage, le barista les rémunère par une augmentation du prix du produit, même s’ils n’en sont souvent pas conscients.Pour un bar de taille moyenne, avec une consommation moyenne de café de 3 kilos par jour, environ 350-400 espressos servis, le chiffre d’affaires généré ne permet pas de maintenir l’activité. Partant de ce postulat, la nécessité d’une révision de l’approche de vente du café au bar est claire ». C’est ce que dit Andrej Godina, expert en café, docteur en science, technologie et économie de l’industrie du café, intervenant dans le débat qui fait face à la question du prix du café et de la juste valeur d’une tasse d’espresso.

A propos du juste prix Godina souligne que « le café maison doit avoir un prix minimum d’au moins 1,50-2 euros, qui dépend de la qualité du produit et de la qualité du service offert ». « Personne, je pense, n’est scandalisé. L’expert souligne – si un verre de vin d’un millésime particulier et de grande valeur coûte 15 ou 20 euros, il doit en être de même pour des cafés tout aussi fins ». Mauro Illiano, winexpert et caffesperto, souligne quant à lui le « fort besoin de soutenir et d’encourager tous les protagonistes intéressés par l’élaboration des Coffee Cards, qui permettront enfin de débarrasser la tasse de son prix constant ». (MANIPULER).

REPRODUCTION RÉSERVÉE © Copyright ANSA