Le tortellino de l'immigré

Abitare A Roma


Je suis désolé que le tortellino ait été impliqué dans un conflit politique. Je suis désolé pour le tortellino qui ne le méritait pas, comme le crucifix dans les salles de classe, où je l’ai toujours vu suspendu à l’école primaire, fréquentée dans les années 1940, jusqu’à avant-hier, deux traditions qui caractérisent notre identité italienne.

Je ne crois pas qu'il soit utile de faire de ces deux traditions une raison liée à l'accueil ou au rejet des migrants, un problème épineux qui concerne toute l'Europe et pas seulement notre pays. Dans sa propre conscience, chacun est libre de le penser comme il le croit, mais n’exploitez pas le tortellino pour en faire un objet de propagande, pour ou contre la réception.

Ceci dit, nous arrivons au cas particulier, objet de la gastronomie, laissant le crucifix aux implications constitutionnelles qui l’entourent, dans la relation historique qui relie un pays, un soi-disant laïc, en présence de l’Église catholique, l'État du Vatican est historiquement enraciné depuis des siècles au cœur de la capitale.

Je dis le mien, qui n'est que le point de vue de tout italien. De quel monde est le monde, à Bologne, le tortellino est fabriqué avec une recette qui comprend un certain nombre d'ingrédients de base et inaliénables, laissant au fabricant peu de liberté pour les varier en ajoutant les autres ingrédients qui, dans l'industrie pharmaceutique, être indiqué comme excipients, sans affecter le principe actif du médicament.

Même si le Turtelen ce n'est pas un médicament, mais un caprice gourmand et nutritif, pour satisfaire les gourmands, en changer le contenu de base, en remplaçant le cochon par le poulet, afin de ne pas priver l'islamien de la possibilité de goûter ses bienfaits dans une soirée m’apparaît comme une masturbation culinaire, inutile et nuisible, qui ne fait qu’une autre autorité politique, au profit de ceux qui veulent faire de l’immigré un danger pernicieux pour menacer nos traditions culturelles. Aller à la rencontre de l’immigré, qui a été accueilli, un invité non invité à la table des confrères, lui offrant la possibilité de modifier la gastronomie du propriétaire, me semble toutefois excessif. À la limite, juste pour le rencontrer avec le maximum d’hospitalité, l’installation d’un banquet de kebab aurait suffi, à Bologne, sur la Piazza Maggiore, gérée par ses coreligionnaires, comme ils le font déjà dans la plupart des régions du pays. Il aurait semblé que l’hôte islamique aurait pu bénéficier d’un accueil maximum, à l’instar de la concession déjà accordée à l’Israélite, d’ouvrir une revente de viande et d’autres aliments à titre de garantie casher, car cela se produit librement dans plus d’un pays. Ville italienne.

Dénaturant même le tortellino en signe de respect et d’acceptation, je dirais que c’est vraiment aberrant et je suis consterné que la défense du poulet tortellino soit devenue l’objet d’un différend sociopolitique opposant maires et évêques, personnalités politiques favorables à l'accueil du migrant, peut-être à la justification de l'autorité dont je viens de parler, essayant de le transformer en un point favorable. À ce rythme, la prochaine fois, en plus de l'espresso, serons-nous obligés de servir également le café turc?

Le tortellino est à nous et nous ne le touchons pas: la feuille de pâtes fraîches, préparé avec des oeufs et de la farine; lel farcie de longe de porc, doré au beurre; le Jambon cru, avec le réel mortadelle de Bologne; le fromage Parmesan et la noix de muscade, sont les ingrédients de base.

Pour mieux le goûter, sa mort préférée par le gourmet estle bouillon, qui doit être de boeuf, avec poulet fermier, céleri, carotte, oignon, sel au goût.

C'est la mer succulente où le tortellino aime se noyer et se faire cuire.

Le reste est une controverse inutile.

Ettore Visibelli

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire