La confiscation de biens à la mafia discutée par le café littéraire du commissariat

La confisca dei beni ai mafiosi dibattuta dal Caffè letterario della Questura


Docteur Allotta, pourquoi, après près d’une centaine de publications et d’articles dans des journaux et des magazines, il a décidé de créer «Confiscations d’avoirs dans la mafia». Un livre de 2003, mais qui anticipait déjà les problèmes d’aujourd’hui.

"Avant de répondre à votre question, permettez-moi de remercier le questeur de m'avoir invité avec bonté à participer à cette sixième édition de" Caffe literario – sur le chemin de la légalité ". C’est une initiative admirable, étant donné qu’une nouvelle sensibilité a été réalisé, né de la conscience civile des Italiens et d'une culture de la légalité renouvelée, qui ont rendu nécessaire une connaissance de la législation, mise en œuvre pour lutter de manière adéquate contre le crime organisé, toujours plus arrogant et qui n'a pas encore été éradiqué, malheureusement, comme il ressort également des rapports des organismes compétents ".

Mais déjà en 1998, elle avait publié une étude sur la "revue fiscale".

"Oui, avant même la publication de ce livre en 2003, j’avais publié dans" Rivista Tributaria "en 1998, alors que j'étais encore au service de l’Intendente di Finanza de Palerme, une étude intitulée" Confische ai mafiosi e demanio del Stato "Et cela a eu un impact national significatif".

C'est à ce moment-là, il me semble qu'elle connaissait Rosario Livatino, en tant qu'employée, au bureau. Son livre lui est dédié.

"J'aime rappeler que je voulais rendre hommage à la mémoire du magistrat Rosario Livatino, qui m'a honoré de son amitié et avec qui j'avais aussi des relations professionnelles. En fait, tout le monde ne sait pas que le docteur Livatino a gagné le concours en le pouvoir judiciaire avait remporté un concours en administration financière et avait donc travaillé pendant un certain temps au greffe d'Agrigente, dans lequel – comme Intendente di Finanza d'Agrigente (1978-1986), je l'avais mis en service et Dire que même alors, il avait exprimé toutes ses compétences, sa formation juridique et son dynamisme. Mais même plus tard, en sa qualité de procureur général adjoint, nous avons eu l’occasion de collaborer et d’établir des relations personnelles ".

Quand le problème de confiscation s'est-il posé?

«Ayant apporté ces éclaircissements, je dois vous dire que la fameuse loi Rognoni-La Torre, publiée à la hâte sur la vague émotive du meurtre de La Torre, avait donné lieu, au cours de ces premières années, à une série de problèmes opérationnels, pour lesquels le la législation a été mise à jour plusieurs fois pour en faciliter la mise en œuvre. Je m'en suis rendu compte lorsque, en tant qu'intendant des finances de Palerme (1986-1991), j'ai dû appliquer concrètement les dispositions de la loi. En effet, il est bien connu qu'après les phases de saisie des avoirs ordonnées par l'autorité judiciaire au moment de la confiscation finale, les avoirs ont été transférés à l'État. On sait également que, conformément à l’organisation de l’administration financière de l’époque, l’intendant des finances était propriétaire des biens de l’État et que j’ai donc dû gérer, dans une réalité difficile comme celle de Palerme, divers actifs , parmi lesquels même des entreprises, ainsi que des bâtiments. Mais je pense avoir travaillé, en dehors de la modestie, sur des critères de gestion et non bureaucratiques, en mettant en place un "département de confiscation" au sein de la Division des biens de l’État, dirigé par M. Clementina Lanna Bellanca, qui a obtenu des résultats appréciables ".

Nous nous trouvons donc aujourd'hui comme une sorte de manuel précurseur, comme je l'ai dit, des problèmes actuels.

«Pour répondre définitivement à votre question, j'ai transformé mon expérience professionnelle en un livre, ainsi que des textes législatifs et quelques notations. Mais je tiens à rappeler que la publication, par une heureuse coïncidence, a ensuite été présentée lors d'une conférence sur "L'économie et la légalité", organisée par l'Association nationale des magistrats, organisée sous le patronage de la province régionale d'Agrigente, avec la participation du puis président de la Chambre des députés, du président de la Commission Antimafia Centaro. C’est pourquoi, j’estime, une contribution intéressante à la connaissance du problème, qui a été négligé dans le passé et qui suscite désormais de nouvelles inquiétudes du fait de la présence démontrée de mafias d’origine étrangère. D'où la nécessité d'un moyen de dissuasion efficace pour la lutte de longue date contre ce fléau de la société civile ".